Et pourquoi pas des covers de Metallica tant qu’on y est ?

C’était en 1996. Ou peut-être 1997. Ma mémoire étant ce qu’elle est, je ne parviens plus à me souvenir de l’année exacte, mais c’était dans ces eaux-là. On était en bagnole avec mon ami Gauthier (avec qui à l’époque je produisais de la musique sous le pseudonyme de BNG), quand tout à coup à la radio, une annonce : pour fêter la sortie de l’album Reload de Metallica, un concours de « covers » était organisé, avec à la clé la possibilité de se produire sur la mythique scène de l’Ancienne Belgique à Bruxelles, lors d’une grosse soirée de lancement.

Avides de défis idiots, on a bien évidemment relevé celui-ci sans hésitation. Mais aussi sans concession. Nos victimes ? Les morceaux Until It Sleeps et Enter Sandman, tous deux revisités à la sauce IDM, mâtinée de drum & bass. On avait pour l’occasion recruté mon ami Frédéric Degand aux synthés, ainsi que Renaud Rikir au chant. De l’électro et des synthés, un chanteur au timbre très proche de celui d’un certain David Bowie, c’est plutôt une configuration idéale pour des reprises de Metallica, non ?

Non ?

Il s’avère que non.

Pour preuve, cette vidéo que je croyais perdue, exhumée des archives, où l’on peut assister pendant 12 minutes à la démonstration de notre courage face à une foule plus que visiblement hostile. À leur décharge, ces 2000 fans de Metallica ne s’attendaient probablement pas à devoir endurer nos excursions électroniques, massacrant sans vergogne (mais avec respect) l’œuvre de Kirk Hammett et de ses potes.

Au final, pour être tout à fait honnête, même s’il a fallu endurer sifflets et jets de bouteille, on s’est tout de même bien éclaté. Ah ce moment délicieux à l’issue de notre performance où l’on s’est vu remettre une copie du disque d’or du groupe, dédicacée qui plus est, trophée que Gauthier s’est empressé d’aller brandir devant la foule, la motivant davantage à vouloir nous faire subir moult sévices inimaginables.

Du coup, on est resté une heure backstage avant d’oser sortir pour traverser la salle. Même mes potes présents ce soir-là se souviennent avoir été relativement traumatisés par l’expérience. « Ah ben au tout début, on a gueulé et applaudit en soutien. Mais quand on ils ont commencé à nous jeter des regards meurtriers, on s’est assez rapidement mis à siffler comme tout le monde pour pas faire de vagues. »

Dure, la vie d’artiste ! Mais au final, une chouette expérience perso, et puis la fierté de pouvoir dire « j’ai joué sur la scène de l’Ancienne Belgique ». Même si c’était surtout pour y esquiver des bouteilles de flotte.

Soutenez Faskil sur Patreon !

2 commentaires à propos de “Et pourquoi pas des covers de Metallica tant qu’on y est ?”

  1. Fan incontesté de Metallica, j’admets être très difficile en matière de reprises. Mais pour avoir eu les balls de le faire, et avoir remporté un prix qui plus est, je te tire mon chapeau *thumbs up*
    (btw, très probablement 1997 l’année ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*