The Binding of Isaac, le petit jeu indé qui voulait se planter

Nouveau papier à lire chez Red Bull, dans lequel je vous narre l’histoire de la franchise The Binding of Isaac.

À l’origine, The Binding of Isaac n’ambitionnait pas de rencontrer le succès. Bien au contraire, son créateur voulait qu’il échoue. Chronique d’une réussite involontaire.

Si le nom d’Edmund McMillen ne vous dit rien, c’est probablement parce que vous n’aimez pas vraiment les jeux vidéo. Oh ça va, détendez-vous, je plaisante. La vérité, c’est qu’à défaut de connaître son patronyme, vous êtes sans doute plus familiers avec son œuvre la plus populaire, un certain Super Meat Boy. Sorti en 2010, ce « sidescroller » décalé et exigeant est responsable d’une augmentation significative du nombre de pads ayant terminé leur carrière encastrés dans un mur.

Lire la suite sur le site de Red Bull…

Soutenez Faskil sur Patreon !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*