Le 9e mix Patreon est sorti !

Comme chaque mois, les abonnés Patreon sont choyés, avec un mix exclusif d’une heure. Après une sélection purement breakbeat en juillet, et un set dédié à Hybrid en août, c’est cette fois-ci l’ami Quivver qui est mis à l’honneur pendant 60 minutes. Pas encore abonné ? Voici un petit teaser pour vous mettre l’eau à la bouche !

Et pour les curieux, la tracklist de cet extrait :

  • Ilona Maras Sanja feat. Billie Fountain Curve Of The Horizon (Quivver Remix)
  • Quivver Spittin Funk
  • Quivver Here’s This

Adam Neely, le pouvoir de la curiosité

Connaissez-vous Adam Neely ? Si vous êtes fan de théorie musicale, de trucs & astuces de production, ou juste mélomane curieux, vous allez être servis. Comme souvent avec YouTube, je suis tombé sur la chaîne du monsieur un peu par hasard, alors que j’investiguais les théories (fumeuses) autour de l’accordage à 432 Hz (si vous ne connaissez pas encore ce mythe, une bonne tranche de rigolade ici).

Dans la flopée de papiers et vidéos remontés par ma recherche, une vidéo de Neely sur le sujet, bénéficiant d’un traitement et d’un ton qui m’ont immédiatement accroché.

Dans la foulée, j’ai enchaîné avec d’autres capsules du bonhomme, toutes plus intéressantes les unes que les autres. Et comme je suis gentil, je vous en propose une petite sélection ci-dessous.

Writing a song in 15 minutes, où il démystifie de manière rafraîchissante le gimmick de certains Youtubeurs musicaux qui consiste à composer un morceau inédit en un minimum de temps.

The music theory of mashups, où il décortique avec science les secrets d’un bon mashup.

Bass Note Reharmonization (A Bassist’s Secret Weapon), où il explique l’importance du rôle de la basse dans la perception d’un morceau.

Orchestrating Video Game Music (for live orchestra), où l’on découvre comment réussir une bonne conversion orchestrale de musiques de jeux vidéo…

…et son complément : I played 23 Video Game Covers at the Bit Awards.

The POLYTONAL Linkin Park (perceptions of polytonality), où il nous explique les tenants et aboutissants de la polytonalité, et pourquoi c’est un « acquired taste » qui risque de vriller les oreilles de la majeure partie des gens.

Et en bonus, je vous glisse My Worst Trainwreck, où Adam nous narre avec humour son pire souvenir de performance, lorsqu’il a participé malgré lui au massacre d’un classique d’Elton John.

N’hésitez pas à aller creuser le reste de sa collection, le monsieur est véritablement passionnant, drôle et maîtrise son sujet.

Site officiel : www.adamneely.com.

Dump de favoris

Je fais un peu de nettoyage dans mes favoris, et j’en profite pour vous linker en vrac quelques papiers que j’avais mis de côté et dont je n’ai pas encore eu l’occasion de vous parler.

The Patreon Mixes : tous les mois, un mix gratuit pour les abonnés

Tout est dans le titre : depuis que j’ai lancé mon Patreon en janvier 2019, j’ai décidé de proposer à mes abonnés un nouveau DJ set exclusif de 60 minutes tous les mois. Ne le cherchez pas ailleurs, il n’est disponible que là-bas. En outre, comme les choses sont bien faites, vous pouvez même vous y abonner via votre application de podcast préférée, grâce à un flux RSS dédié (réservé aux Patrons).

Le prochain set est prévu pour ce mardi 14 mai, demain donc, vers 10h. Et pour vous mettre l’eau à la bouche, je vous glisse un petit extrait ci-dessous.

Pour soutenir mes podcasts mensuels (Morceaux Choisis, 12 Pouces, The Chill Pill et Le Discographe) et recevoir votre mix exclusif, inscrivez-vous sur le Patreon et n’hésitez pas à me filer un petit coup de pouce via une donation mensuelle du montant que vous désirez ! 😘

“This is a journey into sound.”

Samplée par une pléthore d’artistes, d’Eric B. & Rakim sur Paid In Full à Bomb The Bass sur Beat Dis, ou encore Anthrax sur Potter’s Field, cette phrase mythique fait aujourd’hui partie de l’inconscient collectif.

Mais savez-vous d’où vient cet échantillon emblématique ?

D’un disque baptisé (sans surprise) A Journey Into Stereo Sound, publié en 1958 par les labels Decca et London Records. La raison d’être de cette galette : démontrer les bienfaits de la stéréophonie au grand public, à une époque où la plupart des appareils de diffusion familiaux se contentaient encore du mono.

La fameuse voix qui nous accompagne durant cette démonstration d’une demi-heure n’est autre que celle de l’acteur britannique Geoffrey Sumner. Avec une vingtaine de longs métrages à son actif, il était aussi le commentateur des célèbres British Movietone News, un journal d’actualité originaire des États-Unis, puis décliné dans une édition pour la Grande-Bretagne, et qu’on pouvait notamment suivre dans les cinémas entre 1929 et 1979.

Et puisqu’on parle de disques de démonstration stéréo, je vous glisse aussi le non moins mythique Stereo Spectacular Demonstration & Sound Effects d’Audio Fidelity, samplé quant à lui par les Belges d’Hooverphonic, sur le morceau Inhaler.