Sorry For Your Loss

Passée relativement inaperçue, probablement parce qu’elle n’est pas diffusée sur un network classique, Sorry For Your Loss est une de mes « claques 2018 » côté télé.

Créée par la dramaturge Kit Steinkellner, la série raconte l’histoire de Leigh Shaw, une jeune femme (incarnée par une Elizabeth Olsen au sommet de son art) contrainte de réévaluer sa vie et ses relations après le décès de son mari.

Si Sorry For Your Loss m’a particulièrement touché, c’est sans doute parce qu’elle traite avec une rare justesse de la difficulté à gérer une dépression, non seulement du point de vue de ceux qui en souffrent, mais également de celui de l’entourage, qui a parfois bien du mal à comprendre les rouages complexes de la maladie.

Sobre, et loin des poncifs du genre ou du tire-larmes facile, la série met en lumière de fort belle manière certaines vérités parfois difficiles à appréhender, et particulièrement l’impression tenace que la motivation exclusive des dépressifs doit être la guérison (ce qui est, dans les faits, loin d’être un objectif atteignable : la plupart des malades n’y parviendront jamais et devront se contenter de « vivre avec »).

Sublime ironie, la première saison a été diffusée en exclusivité sur Facebook Watch. Quand on sait à quel point les réseaux sociaux contribuent grandement à aggraver les symptômes dépressifs chez la plupart des malades, il y a, avouez-le, de quoi sourire.